Retour au numéro
Vue 38 fois
19 juin 2019

Impression 3D Gadget high tech ?

 Si l’impression 3D est mature dans certains secteurs industriels (aéronautique, informatique, design de médicament et de chaussures techniques par exemple), elle reste au stade de prémice dans l’alimentaire. Le modèle économique, principal point d’achoppement, peine à faire sortir cette technologie des laboratoires. Certains groupes s’y intéressent néanmoins, comme Barilla avec sa fi liale et marque BluRhapsody® ; un consortium entre Bosch et Siemens vient de concevoir un prototype.


Si l’impression 3D est mature dans certains secteurs industriels (aéronautique, informatique, design de médicament et de chaussures techniques par exemple), elle reste au stade de prémice dans l’alimentaire. Le modèle économique, principal point d’achoppement, peine à faire sortir cette technologie des laboratoires. Certains groupes s’y intéressent néanmoins, comme Barilla avec sa fi liale et marque BluRhapsody® ; un consortium entre Bosch et Siemens vient de concevoir un prototype.

Le design digital propose des aliments à la demande (pour des régimes spéciaux par exemple) et avec des structures innovantes (conception jusqu’à l’échelle millimétrique) qui ne pourraient être obtenues avec des méthodes de fabrication conventionnelles. L’impression 3D inclut en fait plusieurs technologies dont le façonnage par buses (en poussée), sur lit de poudre, le laser ou par couplage des deux dernières technologies. Elle offre de nouvelles opportunités de création d’aliments avec un degré de liberté élargi au niveau du goût, de la texture (moelleux selon les formes), de la taille des portions et de la composition nutritionnelle. Toute pâte ou purée est susceptible d’être  traitée en 3D.

Reste à trouver les débouchés...

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.