Retour au numéro
Vue 48 fois
19 juin 2019

Retour vers le futur alimentaire

Au regard des nouvelles attentes sociétales qui émergent aujourd’hui avec force et conviction, l’alimentation du futur et les entreprises qui la produiront devront résoudre une équation complexe, en prenant en compte notamment qu’il faudra : apporter du plaisir et du goût, être nutritionnellement et sanitairement irréprochable, garantir un respect des écosystèmes, partager la valeur avec les producteurs agricoles, rester accessible au plus grand nombre…


Au regard des nouvelles attentes sociétales qui émergent aujourd’hui avec force et conviction, l’alimentation du futur et les entreprises qui la produiront devront résoudre une équation complexe, en prenant en compte notamment qu’il faudra : apporter du plaisir et du goût, être nutritionnellement et sanitairement irréprochable, garantir un respect des écosystèmes, partager la valeur avec les producteurs agricoles, rester accessible au plus grand nombre…

L’alimentation du futur des neuf milliard d’humains à horizon 2050 sera-t-elle si différente de ce que nous mangeons aujourd’hui ? L’alimentation du futur sera-t-elle seulement technologique ? Les start-up de l’Agrifood Tech ont levé près de 50,8 milliards de dollars sur la période 2014-2018 (d’après AgFunder1) pour disrupter les anciens modèles. Sur la même période, en Europe, près de 4,2 milliards en 999 levées de fonds (d’après DigitalFoodLab2) ont été investis sur le segment de la Foodtech. Mais ce que proposent les start-up en remplacement est-il porteur de sens et de progrès pour les consommateurs-citoyens-mangeurs ?

Ce dossier ambitionne de donner des clés de compréhension sur ce qui est en train de changer dans notre assiette. Les nombreux entretiens menés nous ont permis d’envisager le futur (de l’alimentation) de manière optimiste, même s’il existe un certain nombre d’obstacles à intégrer : améliorer la performance de la filière agro-alimentaire, faire face au changement climatique et ses implications (flambées des ravageurs et maladies des plantes et des animaux, déplacements de populations…), gérer de manière durable les ressources naturelles, réduire les inégalités pour permettre à tous d’accéder dignement à une alimentation de qualité.
Tous ces obstacles requièrent les compétences d’ingénieurs et de scientifi ques du vivant. En tant qu’ingénieurs agros, nous sommes présents et en responsabilité à chaque maillon de la f lière agroalimentaire aux quatre coins de la planète. Nous avons un rôle à jouer pour accroître la résilience des systèmes alimentaires. Mais aussi pour dialoguer avec la société civile afin de restaurer la confiance dans notre alimentation : la complexité des
systèmes alimentaires actuels et à venir devrait s’appréhender avec une approche agronomique mais surtout sociologique.

Nous ne développerons pas le futur de la production agricole qui a été exploré dans le précédent dossier sur l’agriculture connectée (voir Planète Agro N°2), ni certaines facettes de l’alimentation du futur comme la place
des robots, les fermes verticales ou encore l’alimentation des futurs voyages spatiaux, mais nous tenterons de nourrir les réflexions sur ce que seront les innovations qui feront l’alimentation de demain.

Au menu de ce dossier sur l’alimentation du futur : des regards croisés sur les défis à venir, les innovations portées par la Foodtech et les scénarios d’évolution de l’industrie agroalimentaire, l’enjeu des données tout au
long de la chaine de valeur, les procédés de transformation et les modes de consommation de demain pour fi nir avec un regard de la sociologie de l’alimentation ou plutôt des alimentations car nous sommes désormais loin
de la standardisation des modèles au menu principal depuis les années 90.

Espérons que ces prochaines pages vont vous régaler !

 

1 https://agfunder.com/research/agrifood-tech-investing-report-2018/
2 https://www.digitalfoodlab.com/foodtech-in-europe/

Auteurs

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.