Liste des articles
Vue 38 fois
10 juillet 2019

AgroDirigeants : Piloter sa carrière et sa mobilité

 Quand et comment s’interroger sur son parcours  ? Nombre de cadres se questionnent peu car les opportunités se présentent spontanément.
D’autres y réfléchissent mais ne connaissent ni le marché ni les techniques d’approche. Parfois enfin, les évolutions sont subies : changement de région, licenciement…
Nos experts s’accordent à dire que l’employabilité est maximale à 45 ans, les années suivantes étant consacrées à gérer la maturité en mode « air bag  ».
Dans ce contexte, nous avons souhaité donner quelques clés opérationnelles pour devenir acteur de sa mobilité. 

Olivier PLEPLE / PG80 Fondateur et Dirigeant Atomos Conseil opleple@atomos-conseil.fr
Philippe LAVERNE / PG83) Associé Eurosearch laverne@eci-eurosearchassocies.com


Quand penser mobilité ?

• Je m’ennuie ou je suis insatisfait(e)

• Je veux remettre mon poste actuel en perspective

• Je veux être sûr(e) de ne pas passer à côté de mon activité rêvée

• J'ai le souci de maintenir mon employabilité • Je vise à ne pas juste satisfaire à la logique de l'entreprise

• J'ai besoin de le faire (je vais perdre mon d'emploi) Quelles questions se poser ?

• Je m’interroge pour évaluer mon degré de satisfaction : intérêt de mes missions, adéquation avec mes valeurs, équilibre de vie, souhaits d’évolution… Ainsi, je prends conscience d’être à la bonne place, ou non.

• Si la mobilité se dessine, je me questionne pour cadrer mon projet en lien avec le marché de l’emploi : objectif de vie, savoir-faire professionnels, passerelles avec d’autres métiers ou secteurs, atouts personnels, motivations, besoins en termes d’investissement temps et de revenu.

Quand et comment s’interroger sur son parcours  ?

Nombre de cadres se questionnent peu car les opportunités se présentent spontanément. D’autres y réfléchissent mais ne connaissent ni le marché ni les techniques d’approche.

Parfois enfin, les évolutions sont subies : changement de région, licenciement…

Nos experts s’accordent à dire que l’employabilité est maximale à 45 ans, les années suivantes étant consacrées à gérer la maturité en mode « air bag  ». Dans ce contexte, nous avons souhaité donner quelques clés opérationnelles pour devenir acteur de sa mobilité.

Comment se préparer ?

• Je développe mon sens politique au sein de mon organisation pour faire passer mes idées et me rendre visible. J’analyse le système, ses alliances, ses orientations stratégiques. Je communique sur mes réalisations quand c’est opportun.

• J’entretiens mon réseau en continu. Je noue des relations régulières au sein de mon organisation, mais aussi à l’extérieur. Je me fixe des objectifs : déjeuners, félicitations… J’y prends goût car le réseau aide toujours en retour, sous réserve d’être clair(e) sur mes objectifs.

• Je me forme. Je développe mes « soft skills » avec l’expérience. Je suis une formation métier seulement si j’ai un projet de changement en rupture. Au-delà de 45 ans, nos experts alertent sur le fait que les formations type MBA / Executive sont peu reconnues, à éviter donc sauf si elles sont financées par mon employeur. • Je me fais accompagner.

Surtout je m’entoure, je sollicite une aide extérieure pour définir et mettre en œuvre mon projet, pour me motiver, pour m’aider à négocier mon départ ou mon salaire…

A titre d’exemples  : services carrières Alumni, APEC, cabinets d’outplacement (penser à l’intégrer au package de départ), coach individuel.

Contact agrodirigeants-bureau@uniagro.fr

Auteur

Articles liés

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.